START TYPING AND PRESS ENTER TO SEARCH

Bloc interscalénique

Bloc interscalénique pour la chirurgie de fasciite chez le patient ASA IV

INTRODUCTION

L’anesthésie régionale est présentée comme une alternative à l’anesthésie générale parce qu’elle offre un meilleur contrôle de la douleur postopératoire et une récupération anesthésique plus courte, même si elle n’est pas sans complications. Ces avantages sont d’une grande importance pour les patients à la comorbidité élevée chez qui l’anesthésie générale peut présenter un risque élevé.

Le bloc du plexus brachial au niveau interscalénique est l’une des techniques les plus couramment utilisées pour la chirurgie des membres supérieurs. L’incorporation de l’échographie pendant la réalisation du bloc a réduit le volume d’anesthésique local nécessaire pour obtenir une analgésie et/ou anesthésie suffisante pour minimiser les effets secondaires.

DESCRIPTION DU CAS

Nous rapportons le cas d’un homme de 76 ans, un hypertendu avec une cardiopathie ischémique chronique revascularisée avec un triple pontage, une hépatopathie chronique alcoolique et un adénocarcinome de la prostate en radiothérapie, qui a été admis aux soins intensifs après avoir été diagnostiqué avec une fasciite nécrosante dans le tiers proximal du MSD (membre supérieur droit).

L’intervention est programmée pour le nettoyage, la guérison et la fermeture de la plaie. Le patient présente une détérioration clinique généralisée majeure classée ASA IV. Il a déjà subi antérieurement plusieurs chirurgies pour le débridement et la cicatrisation des plaies sous anesthésie générale.

INTERSCALENE BLOCK FOR NECROTISING FASCIITIS SURGERY IN ASA IV PATIENT

 

Dans la situation décrite, la réalisation d’un bloc interscalénique anesthésique est décidée pour réaliser l’intervention chirurgicale. Le patient est mis sous monitorage selon les critères SEDAR, une oxygénothérapie est appliquée avec des sondes nasales à 2 lpm, et après la prémédication avec 2 mg de Midazolam, la technique guidée par échographie et neurostimulation (1 mA) est réalisée à l’aide d’une aiguille hybride pour ultrasons de Temena Group (EH055-22 22G) en employant une dose totale de 14 ml de mépivacaïne à 1 %, sans incident. En outre, le placement d’un cathéter périneural est décidé pour permettre un contrôle adéquat de la douleur postopératoire à l’aide d’une perfusion continue de lévobupivacaïne à 0,0625 % avec un débit de 5 ml/h au moyen d’une pompe élastomère.

 

hybrid Temena Group

 

La chirurgie, réalisée en 30 minutes, est bien tolérée par le patient qui reste stable à tout moment grâce à un contrôle analgésique adéquat ne requérant aucun autre médicament pour contrôler la douleur. Après la procédure, une radiographie thoracique de contrôle a été réalisée, ne montrant aucune évidence d’élévation de l’hémidiaphragme du côté concerné.

DISCUSSION

Le choix de la technique anesthésique chez un patient à haut risque est essentiel à la bonne évolution périopératoire. Le bloc interscalénique devient, dans notre cas, la meilleure option compte tenu de l’état clinique du patient. Il a été rapporté que le BIE implique, dans presque 100 % des cas, le bloc du nerf phrénique à sa sortie au niveau du C4, ce qui peut conduire à une altération significative de la fonction respiratoire.

L’utilisation d’ultrasons, l’emploi de faibles volumes d’anesthésique local à demi-vie courte nous a permis de réaliser un bloc plus sélectif, en minimisant les effets sur le nerf phrénique et la paralysie diaphragmatique ipsilatérale conséquente, pour obtenir un résultat sûr et efficace.

CONCLUSION

L’anesthésie régionale offre une anesthésie d’excellente qualité chez les patients à haut risque. Le débat qui peut provoquer la paralysie diaphragmatique dérivée du bloc interscalénique est contrebalancé par l’avantage que nous donne la technique. L’appui de l’échographie accompagné de la sélection correcte du médicament et de la posologie permet d’éviter en grande partie les effets secondaires du bloc, ce qui en fait la meilleure option dans certaines situations.

AUTEUR

Martin N, Carrio M, Cerrada T, Hernando J, Tejada S, Agulló J. Service d’anesthésie. Hôpital clinique universitaire de San Juan de Alicante

RÉFÉRENCES

  • Quinn H. Hogan. Phrenic Nerve Function after Interscalene Block Revisited Now, the Long View .Anesthesiology 2013; 119:250-2
  • Steven H, Renes, Geert J. van Geffen. Minimum Effective Volume of Local Anesthetic for Shoulder Analgesia by Ultrasound-Guided Block at Root C7 With Assesment of Pulmonary Function. Regional Anesthesia and Pain Medicine. 2010. 35 (6)